jan 15

On croit à tort que l’excès porte préjudice à la réputation, alors que l’excès n’est qu’une affirmation, voire une exagération de ce que la réputation laissait pressentir. Une image, davantage chargée d’émotion, dans le film de la réputation, sur fond de valeurs plus ou moins partagées. Bref, l’affiche du film, ou plutôt « une » affiche, car la réputation d’une personne, d’une entreprise, d’un pays, ne se construit pas en un jour.

Certaines images, qui contrarient la morale de l’époque, révèlent une facette peu recommandable du comportement d’un personnage. Longtemps ignorant, incrédule ou complice, le public est à l’affût des écarts de la vie des puissants. DSK, bien connu pour ses « exigences », n’a connu la disgrâce que par ses excès médiatisés.

Qui aime bien châtie bien, et longtemps.

Le haro sur Gérard Depardieu est d’une autre nature. S’installer en Belgique pour des raisons fiscales avait un côté « petit » pour un acteur si généreux à l’écran. La maladresse du Premier ministre, qualifiant de « minable » son comportement a en partie récupéré lcet écart. Car, après tout, le génial artiste n’est pas un voleur !

En revanche, la commedia dell’arte russe, illustrée par l’accolade de Poutine, la remise du passeport, ne font que renforcer la réputation de Depardieu. Personnage formidable, imprévisible, souvent fascinant Raspoutine, comment reprocher à Gérard Depardieu d’être dans la vie comme il est dans ses films ?

Les plus grands acteurs du siècle n’étaient pas tous de gentils garçons ou des mamans attentionnées. Au hasard, Jean Gabin, Bourvil, Frank Sinatra, Marylin…

En matière de réputation et pour mieux l’installer, on ne fait pas dans la dentelle.
La neutralité condamne à l’anonymat.
De là à s’installer à Méchin !

Pino cinéphile

Répondre